22-11-2017
 
 
SOMMAIRE

BILLET : LE POURQUOI DU COMMENT

Ces temps-ci, je garde en mémoire le carnage qui a frappé une école de campagne de Pennsylvanie : cinq petites filles amish, froidement abattues par leur voisin livreur de lait. Une violence sans mesure, qui contraste avec le calme et la sérénité de cette communauté si fascinante et résolument non-violente.

Quand ils dépassent l'entendement, ces soubresauts du monde nous laissent sans voix. Il est bien mince le fil sur lequel ne pas perdre l'espérance, la confiance que « l'Homme est meilleur qu'il n'y paraît ».

À son origine, le mot mystère signifie littéralement ce qui n'est compris que des initiés. En ce sens, le mal et la souffrance sont bel et bien des mystères.

L'histoire de l'humanité peut se lire comme une vaste tentative pour lever le voile sur ce qui nous entoure, et en tirer avantage. L'être moderne a poussé à l'extrême cette soif de comprendre, avec des succès réels dans le domaine de la santé ou de la physique, par exemple. Il n'est pas sûr que le goût immodéré de notre époque pour l'introspection donne des résultats aussi intéressants du côté des âmes. Si savants que nous soyons, le sexe, le pouvoir et l'argent resteront pour longtemps encore les trois grandes passions qui déchirent bien des vies.

La science, l'art, la spiritualité, toutes les ressources de l'intelligence servent à donner sens à l'existence. « La foi cherche, l'intelligence trouve », écrivait saint Augustin, montrant bien qu'il faut tout faire pour comprendre, et savoir qu'on ne comprendra pas tout.

Quelques jours après le meurtre des jeunes filles, les Amish ont rasé l'école. Pas de monument, juste un champ en friche habité de silence. Une réaction déconcertante mais qui donne une manière de se réconcilier avec l'inexplicable. ©EQm

L.F. ©EQm
Rédacteur en chef
 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter