26-09-2017
 
 
SOMMAIRE

NIGER : LA VICTOIRE DU SABLE ?

Depuis des millénaires, il nargue le désert, irriguant le Sahel de ses eaux abondantes. Le Niger, l’un des plus grands fleuves du monde, est pourtant menacé d’ensablement. Tout au long de la boucle qui part de la ville de Mopti, au Mali, rejoint Tombouctou pour frôler le Sahara avant de redescendre vers le Niger puis le Nigeria, de hautes dunes de sable jaune menacent le lit du fleuve qui se rétrécit, au risque à certains endroits de se perdre dans le désert.

Or le fleuve est vital pour toutes les populations qui subsistent dans des conditions extrêmes sur ses rives. À Niamey, l’eau a cessé de couler sous le pont Kennedy en août 2003, comme cela s’est déjà produit brièvement en 1984. Le débit a diminué d’un tiers en 30 ans, alors que 88% de l’approvisionnement en eau de la ville dépend du fleuve.

Tout au long des rives, l’ensablement réduit la quantité de poissons et freine la navigation. La circulation des bateaux, autrefois possible toute l’année, doit s’interrompre plus de quatre mois par an. Le réchauffement global de la planète est peut-être une cause de l’ensablement du fleuve Niger. Mais ce qui est certain, c’est que la déforestation systématique des rives contribue au phénomène et l’amplifie.

(L.F. - Le Monde)

L.F. & P.P. ©EQm
 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter