24-11-2017
 
 
SOMMAIRE

LES MAINS DE LA TENDRESSE

Des mains pour cajoler, soulager ou consoler : les recherches montrent que l'être humain est sensible au toucher bien avant sa naissance. Et tout au long de la vie.

L'arrivée d'un bébé, tout au long de la grossesse jusqu'à la naissance, reste certainement l'une des plus belles aventures dans la vie d'un couple. Cette expérience riche en émotions, porteuse d'espoir pour l'avenir, provoque des bouleversements dans le mode de vie des parents, mais aussi dans leur être profond et dans leur statut social.

Les progrès de la médecine et de la technique permettent d'aborder cette période plus sereinement, les risques pour la vie de la mère et de l'enfant ayant considérablement diminué... Parallèlement, les recherches dans le domaine des sciences humaines et de la psychologie du développement ont permis de prendre conscience des capacités du bébé dès sa naissance mais aussi durant sa vie intra-utérine. Dans une émission télévisée Bébé est une personne, Bernard Martino a été le révélateur de ces découvertes. Pourtant celles-ci ne font que confirmer ce que les traditions anciennes nous transmettaient déjà en partie, mais qui était un peu oublié, à savoir que le bébé est un être formé et intelligent dès le premier mois de la grossesse.

Face à cette avalanche de découvertes et d'avancées techniques les parents se sentent souvent dépassés et se demandent quelle est leur part : ils ont l'impression que la naissance est devenue une affaire de spécialistes. Désormais, comment faire le lien entre toutes ces réalités souvent cloisonnées ? Comment aider les parents et le bébé à vivre une naissance qui prend en compte le corps, le cœur et l'esprit ?

Les recherches sur la sensorialité fœtale nous disent que les organes des sens se mettent en place entre huit à vingt-cinq semaines de grossesse. Le bébé est sensible au toucher à partir de huit à dix semaines. Dès ce moment, il peut sentir les mains posées sur le ventre et même venir à leur rencontre. Plus tard, il va entendre et écouter les bruits venus de l'intérieur : ceux de son placenta, le cœur de sa mère et de l'extérieur : les voix, particulièrement celle du père qui est grave et proche, la musique, les bruits de l'environnement qui vont lui devenir familiers. Il s'y intéresse, est capable de les différencier et va parfois y réagir.

On pense également que le bébé a une mémoire dès le début de la grossesse : mémoire des paroles, des émotions et de ce qu'il a pu vivre durant ce temps dans le ventre de sa mère. L'haptonomie a permis de découvrir que le bébé tout petit dans le ventre de sa mère avait une conscience affective : il est sensible à une présence aimante qui le sécurise, il apprécie les paroles et les touchers pleins de tendresse et de plus, il y répond. Il est donc capable de communiquer...

C'est pourquoi l'haptonomie et la préparation affective à la naissance proposent aux parents de rencontrer leur bébé pendant la grossesse et de développer avec lui une relation affective, dans un véritable échange, à travers un toucher de tendresse, la voix et des jeux interactifs. Les parents vont découvrir que le bébé leur répond de manière particulière et unique à chacun. Par exemple, il va chercher à se déplacer pour venir vers la main qui l'invite et s'y nicher, il va se laisser bercer et réagir à sa manière dès que le bercement s'arrête, parfois c'est lui qui va prendre l'initiative et manifester son désir de contact quand il entend la voix... et il va y mettre toute sa créativité ! Le but des parents est de lui faire sentir qu'ils le considèrent comme une personne, qu'ils l'aiment et le respectent et cela va lui donner un sentiment de sécurité. Ces contacts avec leur bébé vont favoriser un attachement précoce pour les parents: ils vont apprendre à le connaître, à être à son écoute, à décoder ses messages et à y répondre, ils vont se découvrir tous les trois et construire ainsi leur histoire. En fait, cette forme de préparation ne fait que mettre en valeur ce qui existe déjà : elle donne des outils, aide à développer et approfondir un potentiel d'amour qui ne cherche qu'à s'exprimer. Si vous attendez un bébé et que vous avez envie de communiquer avec lui, vous pouvez poser doucement vos mains sur le ventre, y mettre toute votre tendresse, faire un petit signe au bébé et attendre. Ce serait étonnant qu'il ne vous réponde pas !

À la naissance, les bébés ayant bénéficié de ces contacts affectifs sont généralement détendus, la transition semble se faire plus en douceur. En effet ils ont déjà une certaine connaissance du monde dans lequel ils arrivent, ils ont des repères : ils retrouvent le contact des mains, la présence, les voix qui s'adressent à lui de manière familière... Avec un regard très présent, ils cherchent le contact, attentifs à tout ce qui se passe autour d'eux, ils sont capables de rester éveillés longtemps (plusieurs heures !), tout occupés à découvrir le monde extérieur.

Une autre raison est certainement la manière dont ils auront vécu leur naissance. Le déclenchement du travail se fait par voie hormonale et on pense que le bébé y est pour une grande partie. C'est lui qui prend l'initiative quand il se sent prêt. C'est un fait acquis que le moment varie et que chaque accouchement va être différent. Pour ma part, je peux dire qu'à chacun de mes cinq accouchements, tous uniques, j'ai pu reconnaître la personnalité de mon bébé, sa façon de vivre et d'appréhender les situations, parce qu'elle a influé directement sur le déroulement de la naissance en durée et en intensité. C'était soit vif et rapide soit lent et plus doux, déterminé ou hésitant, furieux ou tranquille, fonceur ou prudent... et cela correspondait tout à fait à ce que j'ai pu ressentir du bébé à travers ses mouvements et ses réponses dans mon ventre et qui s'est confirmé par la suite. Dès lors si l'on a expérimenté la sensibilité du bébé in utéro et sa capacité à communiquer, si l'on admet qu'il peut avoir une influence sur le déroulement de l'accouchement à condition qu'on laisse les choses se faire le plus naturellement possible, on peut se demander comment il ressent les actes techniques de l'obstétrique souvent contraignants durant la grossesse et autour de la naissance...

La préparation affective à la naissance prépare les parents à prendre en charge la venue de leur bébé et à la vivre à trois. Ensemble, dans la continuité des échanges construits tout au long de la grossesse, ils vont pouvoir guider et accompagner leur bébé dans ses mouvements de naissance, grâce aux jeux de déplacements et surtout, il va sentir leur présence, il saura que quoiqu'il arrive il n'est pas seul. Cela va lui donner courage et confiance dans ce passage qui est pour lui aussi une épreuve. Même si celle-ci est difficile, elle sera mieux intégrée.

Le déroulement de l'accouchement dépend du vécu de la mère tout autant que du bébé. Dans cette forme de préparation, on cherche à développer l'aptitude de celle-ci à ressentir ce qui convient à son bébé et à elle même ainsi que la confiance en sa capacité à le mettre au monde. Ainsi sécurisée et en s'appuyant sur la présence du père, elle pourra trouver en elle les ressources pour apprivoiser la douleur. Le père qui s'est impliqué très concrètement dès le début de la grossesse aura donc un rôle actif d'accompagnement du bébé et de la maman : il a appris comment guider son bébé et comment aider sa femme à contenir la douleur et la peur. Tout ceci en collaboration avec les professionnels de la santé présents. Ainsi l'accouchement n'est pas uniquement un acte médical, mais un moment qui va enrichir et construire le couple. Il peut expérimenter que la vie ne se contrôle pas, elle est un don qu'on accueille.

Cette démarche peut se continuer par l'accompagnement affectif du bébé pendant sa première année. Dès la naissance, celui-ci va exprimer ses besoins de dépendance et ses besoins d'autonomie, les deux étant aussi importants l'un que l'autre pour qu'il puisse grandir et s'épanouir en toute confiance. Il a besoin que ses parents s'occupent de lui qu'ils le prennent en charge, qu'ils l'entourent, mais il y a des choses qu'il est déjà capable de faire seul ou avec leur aide, il a aussi besoin d'expérimenter pour savoir ce dont il est capable. On peut donc lui proposer des pistes nouvelles à sa portée et en fonction de ses centres d'intérêts. Ceci, uniquement dans les moments où il est disponible, sinon on va le sur-stimuler. Si les parents sont attentifs à ses messages relationnels, s'ils apprennent à les décoder et à y répondre de façon adéquate, le bébé va les exprimer de plus en plus et avancer avec confiance vers plus d'autonomie. Il va s'ouvrir au monde et développer sa faculté d'adaptation aux situations nouvelles. ©EQm

©D. Plat
 
 

MÉMOIRE
Dans le livre L'enfant qui se fait naître, Olivier et Varenka Marc montrent des dessins traditionnels et des dessins d'enfants de pays et cultures confondus, dans lesquels ils ont retrouvé des constantes qui retraceraient l'évolution de la vie intra-utérine.
 

 
 

HAPTONOMIE
Haptonomie vient du mot grec « hapsis » qui signifie « toucher, ressenti, sentiment » dans le sens d'un toucher affectif de tendresse qui confirme et donne le sentiment d'exister ; « nomos », c'est la règle. L'haptonomie est donc littéralement « ce qui règle le toucher affectif ». F.Veldman, son fondateur, la définit comme « la science de l'affectivité », elle a été fondée dans les années 1950 en Hollande. Il l'a d'abord expérimentée avec les personnes en fin de vie avant de l'appliquer autour de la naissance pour le bébé in utero dans le but d'apporter une sécurité de base pour la mère et son bébé au moment de l'accouchement, tout en redonnant une place au père.
 

 
 

PRÉPARATION AFFECTIVE
La préparation affective à la naissance a été développée en Belgique dans les années 1990 par Brigitte Dohmen, psychologue, formée en haptonomie et spécialisée en périnatalité. Elle a une longue expérience d'accompagnement des couples et des bébés en maternité et en néonatalogie.
Cette approche est issue de l'haptonomie. Elles ont en commun un abord de la naissance axé sur l'importance des contacts affectifs entre les futurs parents et leur bébé. Dans le souci de préparer les couples à prendre en charge leur accouchement à trois dans des milieux divers (aussi bien à l'hôpital, qu'en maison de naissance ou à domicile), Brigitte Dohmen y a intégré une préparation à l'accouchement concrète avec une prise en compte des aspects psychologiques pouvant influencer l'accouchement, ainsi que différentes notions provenant du chant prénatal, de la psychologie du développement et des théories sur le travail du périnée. Elle propose également un accompagnement affectif du bébé pendant la première année basée sur son expérience personnelle en périnatalité.
www.naissanceaffective.com
Tél Belgique : (32) 65 31 82 13
Tél Québec : (418) 682-6783
 

 
 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter