24-11-2017
 
 
SOMMAIRE

LE MODÈLE VALENCIENNOIS (EXTRAIT)

Procurez-vous le reportage complet et ses explications en vous abonnant à En Quête.

La ville du Nord avait tout pour sombrer. Son nouvel élan inspire plusieurs cités de France.

J'ai choisi d'habiter à Valenciennes, en 1991. Je pressentais alors que les défis urbains étaient, plus qu'ailleurs, concentrés dans cette ville sinistrée du nord de la France, où le chômage atteignait 23 %. La ville ne se remettait pas de la fermeture des grands sites de charbonnage et de sidérurgie. La population ouvrière, parquée dans les corons, n'avait guère que l'alcool comme évasion. Je me rappelle encore de cette mère de quatre enfants, alcoolique, qui a découvert en venant chez nous l'existence de la place d'Armes, au centre de la ville, à 4 km à peine de chez elle. Du monde, elle ne connaissait que les 2 km qui séparaient son taudis du siège des Allocations familiales. Elle avait 30 ans !

Je me demandais à l'époque si cette cité de 46 000 habitants saurait s'accrocher à Lille, la mégapole distante seulement de 40 km. Que ferait-elle pour ne pas être reléguée au rang de banlieue sans avenir ? D'autant que le grand Valenciennois intègre des quartiers comme la Briquette, à la si mauvaise réputation, ou des communes comme Beuvrages qui compte 50 % de logements sociaux.

Assez vite, j'ai vu cette ville austère de briques rouges sortir de sa léthargie. Au cœur de ce réveil, un nom : Jean-Louis Borloo. Un homme alors jeune, la quarantaine, porté à la tête de la mairie en 1989 par 76 % des suffrages.

La pancarte à l'entrée Sud de Valenciennes souligne sa tradition artistique. Dès son arrivée, c'est sur le passé culturel de la ville que la nouvelle équipe de la Mairie a misé pour redynamiser la cité de Carpeaux et de Watteau. On a redessiné des ronds-points et orné des places de statues. On a rénové le musée qui héberge une collection de ces artistes. Un nouveau théâtre, Le Phœnix, a été ouvert. Dès la première saison, le public a eu droit à un programme de haut niveau.

Confronté aux problèmes croissants des marginaux, je me questionnais sur l'opportunité de telles dépenses, bien que je sois moi-même artiste de formation. L'ouverture en 1996 d'un complexe cinématographique de 16 salles appartenant à la chaîne Gaumont m'a intrigué : dans notre quartier de la Briquette, où la délinquance est vive, l'infrastructure pourrait-elle durer ? J'ai été surpris : l'endroit est resté sûr et propre, parce qu'une partie des employés du cinéma et du MacDo voisin ont été recrutés dans le quartier...

P.P. ©EQm

Il s'est visiblement passé quelque chose à Valenciennes. [...]

Six millions d'habitants, dont le tiers a moins de 20 ans, vivent dans ces zones urbaines sensibles qualifiées de « territoires perdus de la République ». [...]

En France, la moitié seulement des habitants sont propriétaires de leur logis, contre les trois quarts dans la plupart des pays européens. Rénover l'habitat est un des outils majeurs pour réduire la fracture sociale et casser les ghettos. [...] ©EQm

Procurez-vous le reportage complet et ses explications en vous abonnant à En Quête.

P.P. ©EQm
Une vue de Beuvrages,
France.
 
 

À lire aussi dans En Quête :

À LA BRIQUETTE
Les difficultés de la la vie quotidien de Mauricette, une habitante de ce quartier pauvre du Valenciennois, le montre : investir dans l'accompagnement social des personnes est aussi essentiel que de modifier leur cadre de vie.
 

 
 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter