19-11-2017
 
 
SOMMAIRE

MALI - LES MANUSCRITS DE TOMBOUCTOU

On croit à tort que l'Afrique n'a conservé ses savoirs que par la tradition orale. C'est oublier qu'il existe des milliers de bibliothèques, coraniques ou privées, qui recèlent des millions de documents cachés aux regards des colonisateurs. Ils forment l'héritage oublié du continent.

Au Mali, la collection des manuscrits de Tombouctou contient 18 000 documents provenant de bibliothèques anciennes et dont les plus vieux remontent au XIIIième siècle. Ces textes écrits en arabe ancien font revivre le passé de la ville à l'époque où les marchands musulmans faisaient commerce d'or entre l'Afrique de l'ouest, l'Europe et le Moyen-Orient. Ces manuscrits témoignent du savoir des astronomes, des mathématiciens, des médecins africains du Moyen Age.

Plusieurs manuscrits commencent cependant à se désintégrer sous l'effet du climat, du temps et du sable. En 2001, l'Afrique du Sud a proposé son aide pour sauver ce patrimoine. Sa conservation est aussi le premier projet culturel officiel du Nepad, le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique mis sur pied par les pays africains. La sauvegarde de ces manuscrits pose d'épineux problèmes. Car ce qui fonctionne dans d'autres parties du monde peut s'avérer impossible en Afrique saharienne. Microfilmer les documents ? La moindre égratignure, provoquée par des grains de sable, engendre une perte de données. Les stocker dans des pièces climatisées, avec une température et une humidité constantes ? Mais comment faire dans une ville où l'alimentation en électricité est assurée par un système de générateurs peu fiable ? Même la numérisation, efficace pour les manuscrits les plus solides, s'avère périlleuse pour la majorité des documents rendus fragiles.

(Science in Africa)

 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter