24-11-2017
 
 
SOMMAIRE

AU NOM DES MIENS (EXTRAIT)

Voyez aussi notre reportage photo.

« On nous a appelés intouchables. Nous n'acceptons plus ce nom. »

Anthony Raj est dalit et prêtre jésuite. Il se bat depuis 40 ans pour les droits des siens. On l'a vu dans la rue prêt à batailler pour empêcher le viol de femmes. On l'a vu en prison avec des groupes de manifestants. Il a lutté avec la hiérarchie catholique pour que l'Église, elle aussi, rompe avec les pratiques d'intouchabilité. Plusieurs fois agressé, il a dû vivre en se cachant. Depuis une dizaine d'années, il concentre son action sur l'éducation des jeunes. En Quête l'a rencontré à Madurai, au Centre Daca (Doctor Ambedkar Cultural Academy), l'école populaire qu'il a mise sur pied.

P.P. ©EQm

En Quête Magazine : Knowledge is power : la connaissance, c'est le pouvoir. Pourquoi avoir choisi ce slogan pour le Centre Daca ?
Anthony Raj : Pendant des années, j'ai mené de nombreuses actions. J'ai fondé le Mouvement chrétien de libération des dalits, qui m'a valu beaucoup de démêlés, puis la Fédération pour l'intégration des dalits. À travers toutes ces initiatives, j'ai découvert que ce qui manque le plus aux dalits, c'est une réelle formation : éducation de la tête, du cœur et des mains. C'est pourquoi j'ai entrepris de former les jeunes le plus tôt possible.

Notre but, c'est qu'il n'y ait plus de castes, et donc plus de hors caste. La clef pour y arriver, c'est l'éducation. Il ne s'agit pas seulement d'enseigner l'alphabet aux jeunes mais d'ouvrir leur conscience. Pourquoi nous appelle-t-on intouchables ? Nous leur apprenons que nous ne sommes pas nés avec ce nom. On nous a appelés ainsi. Nous ne l'acceptons plus. [...]

EQM : Cette école est-elle ouverte aux filles et aux garçons ?
A. Raj : Les filles forment les deux tiers des internes du pensionnat. La plupart d'entre elles ont été rejetées par l'école publique. Les femmes sont discriminées à la maison, dans la vie sociale, à tous les niveaux. Ici, nous leur donnons la chance de développer leurs capacités. [...] ©EQm

Voyez aussi notre reportage photo.

P.P. ©EQm
P.P. ©EQm
Anthony Raj
 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter