24-11-2017
 
 
SOMMAIRE

LE PAIN DES PAUVRES, LE « BLÉ » DES RICHES

Une boulangerie de Toronto où des pauvres apprennent à d'autres pauvres à s'en sortir.

Les grands journaux de Toronto (Globe & Mail, Star et Life) ont récemment classé notre Boulangerie Saint John parmi les meilleures de la métropole canadienne. Cette histoire a commencé il y a plus de dix ans, quand un homme surnommé Donut Joe s'est installé dans une automobile abandonnée en face de la Mission Saint John the Compassionate, un lieu d'accueil des plus pauvres maintenant associé à l'Église orthodoxe.

D'origine hongroise, Donut Joe est devenu boulanger à onze ans. Quand son mariage s'est écroulé, Joe a emménagé dans sa voiture. Il a tout perdu sauf sa passion pour le pain. Aussi nous a-t-il proposé d'en faire pour nourrir les affamés qui arrivent à la Mission et pour qui le pain manque toujours.

Quelques années plus tard, des Français sont venus nous aider à mettre au point recettes et techniques. Puis des gens de Toronto sont allés en Bretagne pour apprendre les secrets du pain artisanal traditionnel. Ces échanges ont fait travailler ensemble des personnes pour le moins originales, comme Claude, un ancien « accro » de l'héroïne qui a perdu une jambe dans les rues de Strasbourg à cause du froid, ou Angela, accueillie à la Mission après un grave accident de moto.

Avec leur aide, nous avons cherché à rentabiliser notre affaire avec un investissement insignifiant, peu de matériel, et de nombreux défis personnels : comment les relever dans la société hyper-performante de Toronto ? Notre premier four a coûté moins de 200 $CAN (120 €). Il a fallu une journée entière et six personnes pour l'installer, et la plupart de ceux qui nous aidaient ce jour-là étaient saouls ! Qui aurait cru que quelques années plus tard, la boulangerie fonctionnerait six jours par semaine, produisant plus de 1 200 pains de douze sortes différentes ?

L'actuelle responsable de la boulangerie, Estelle Best, est comme son nom l'indique la meilleure ! Après une longue lutte contre la dépendance, Estelle nous a rejoints et dit souvent : « Le pain me parle. » Elle montre une grande compassion envers ceux qui choisissent de travailler à la boulangerie et qui veulent reprendre pied dans la vie.

Aujourd'hui, la boulangerie emploie six personnes et 25 bénévoles. Les bénéfices sont partagés en fonction des besoins et des responsabilités. Des jeunes de la rue, des chômeurs, des handicapés, d'anciens dépendants et même quelques prêtres y ont travaillé. La boulangerie dirige aussi un programme d'apprentissage de six mois pour les personnes bénéficiant du bien-être social.

L'un de ses objectifs est de soutenir des entreprises qui veulent offrir des alternatives aux monopoles des grandes multinationales. Ainsi nous achetons notre farine à une entreprise familiale; notre miel provient d'un monastère local et nos oeufs sont produits par une communauté mennonite. Tous nos ingrédients sont certifiés biologiques. La boulangerie s'efforce aussi d'apprendre aux citadins à connaître l'origine des aliments en organisant chaque année une excursion vers ces petits producteurs.

Nos pains coûtent cher, en raison de la qualité exceptionnelle des ingrédients. Beaucoup de nos clients sont donc des gens aisés. D'où notre devise : « Aider les pauvres à vendre aux riches ! »

Le vrai défi est d'unir, par l'esprit et par le cœur, deux éléments qui semblent souvent incompatibles en affaires. En effet, nous sommes une véritable entreprise : le pain doit toujours être excellent et livré à temps. Mais nos travailleurs sont fragiles, ils réclament beaucoup de soutien et de patience. Un jour, Nicholae, notre boulanger ermite serbe, ancien planteur d'arbres, s'est retrouvé collé au mur par un confrère français exaspéré. Ainsi va la vie... ©EQm

Un aperçu en pdf
©B.Wittman
©B.Wittman
 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter