26-09-2017
 
 
SOMMAIRE

PRÉNOMS EN FOLIE...

Quand les prénoms fleurissent...

En France, la loi de 1993 a libéralisé l'usage des prénoms. Désormais, les parents peuvent s'en donner à cœur joie : tout prénom est accepté à partir du moment où il ne porte pas préjudice à la personne. L'imagination fertile de certains s'exerce d'ailleurs parfois en dépit du bon goût et du bon sens. Témoins les 28 orthographes différentes du prénom « Ryan », très à la mode ces dernières années ainsi que de nombreux prénoms à consonance anglosaxonne... De nombreux pays n'ont pas attendu aussi longtemps pour s'adonner aux joies de l'inventivité.

Au Brésil, dans les classes populaires, les prénoms des personnages de « telenovelas » (feuilleton à succès) font recette ainsi que les prénoms inventés de toute pièce et orthographiés au petit bonheur la chance et avec plus ou moins de « h » et de « y » intercalés. Les stars internationales sont aussi appréciées : un enfant de deux ans est prénommé Marlon Brando alors que son oncle et sa tante, guère plus âgés que lui, s'appellent Mikael Douglas et Grace Kelly. Au fin fond de l'Amazonie péruvienne, un prêtre a refusé un King-Kong et un Hitler...

Pour en revenir à nos contrées, le prénom, de plus en plus utilisé en entreprise ou même en politique a de plus en plus d'importance, comme l'explique Joséphine Besnard dans son livre « La cote des prénoms ». Les parents essayent ainsi de trouver un prénom original pour que leur enfant puisse se démarquer... Alors que les classes populaires et moyennes sont les championnes de l'inventivité, les classes les plus aisées préfèrent souvent rester dans un classicisme plus rigoureux, distinction sociale oblige !

 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter