26-09-2017
 
 
DU CŒUR À L'OUVRAGE

DUKE TRAN : LES RÉSEAUX DE LA FOI

L'action plus que la parole : l'ingénieur et directeur en R&D sait comment parler de Dieu en parlant télécoms.

« La vie n'est pas le fruit d'un simple lien de cause à effet entre des atomes. Nous sommes faits de la même matière que le monde - du carbone, de l'hydrogène, de l'oxygène... Mais un esprit anime ces éléments, c'est le souffle de Dieu ». Duke Tran a beau exhiber un grand Yoda sur son bureau (le plus sage des très spirituels Jedi, du film La Guerre des étoiles), les convictions chrétiennes de cet ingénieur de 33 ans sont bien ancrées : « L'amour n'est pas un phéromone », rappelle-t-il.

Diplômé de l'université McGill, Duke Tran a œuvré huit ans au sein des équipes de R&D de Nortel avant de diriger une équipe au sein de NMS Communications, un fabricant de composants pour des réseaux de télécommunication. « La gestion et le leadership me passionnent, dit ce cadre d'entreprise. C'est extraordinaire parce qu'en travaillant avec d'autres, on peut réaliser des choses qu'on n'aurait jamais pu faire seul. »

Duke Tran a toujours eu le sentiment que réussir dans la vie signifiait aussi prendre soin des autres. Sa famille a fui le Vietnam pour arriver en 1975 au Québec. Son père est décédé alors qu'il avait 12 ans. Et dès qu'il a eu son premier emploi, sa mère est entrée chez les Visitandines, des religieuses cloîtrées, après avoir élevé ses quatre enfants ! « Comme aîné, j'ai vite été appelé à être le pionnier et le leader », dit-il en se remémorant ces années où sa famille, très pratiquante, récitait le chapelet ou lisait les vies des Saints avant le coucher.

« Pendant longtemps, j'avais une vision verticale de la foi : Dieu, là haut, braquait un spot sur le petit Duke en regardant ce qu'il faisait. » En 1998, un homme d'affaire d'Ottawa change sa perception : « Ses temps de prières étaient inscrits dans son agenda ». Duke Tran le suit à l'église Saint Mary's, une paroisse charismatique très dynamique dans la capitale canadienne. « En découvrant la vie dans l'Esprit, j'ai compris que la foi appelle aussi une décision du coeur ». En route vers Ottawa, en récitant simplement « Jésus, je t'aime », Duke fait alors une expérience forte de la présence du Christ à ses côtés.

Depuis, la prière soutient sa vie. Engagé auprès des jeunes (Mission Jeunesse) et des pauvres (il prend régulièrement du temps avec les gens de la rue et visite Arthur, une personne handicapée), Duke Tran laisse aussi une grande place à ses valeurs chrétiennes dans son travail de gestionnaire. « La foi me donne une approche très globale (holistique) ; je ne regarde pas les titres ou les fonctions, mais les personnes. J'essaye d'aller dans le sens où va le souffle de l'Esprit Saint, de respecter le timing que Dieu donne à nos rencontres ou nos avancées. Cela ma donne une grande sérénité ».

Duke n'a pas hésité un instant à prêter un local pour qu'un employé musulman puisse dérouler son tapis de prière dans un climat de paix. « C'est une grande responsabilité de tisser de bons liens avec des collègues de religion ou de culture différente, sans masquer ce que l'on porte. Je ne veux pas être celui qui va ruiner la réputation de l'&Eactue;glise; j'essaye d'évangéliser par ma manière d'être plus que par des paroles. »

Travailler en télécommunication, c'est aussi faire œuvre utile comme chrétien, croit Duke Tran : « Nous aidons les gens et les peuples à tisser des liens, à se comprendre et à résoudre des disputes ». Très à l'écoute de Dieu dans sa vie, le jeune ingénieur croit beaucoup que le Seigneur l'appelle à être un homme des réseaux. Et pas seulement dans les télécoms ! ©EQm

©D.T.
Duke Tran
 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter