26-09-2017
 
 
SOMMAIRE

FAIRE COULER L'EAU DANS LE DÉSERT... « C'EST FAISABLE »

Comment, par une idée simple -récupérer l'eau de pluie- on peut changer la vie de tout un village ? Illustration à Zan, un petit village aux limites du Sahel, au Burkina Faso, avec l'association : « C'est Faisable ».

à Zan, au bord de la région du Sahel, touchée par la sécheresse, les habitants répètent inlassablement : « Si on a de l'eau, on a tout !!! » Heureusement, depuis plus de 20 ans, des centaines de petites associations ont financé des milliers de forages et de puits dans ces régions. Bien que largement insuffisantes, ces actions ont permis la survie de populations entières, d'éviter de véritables catastrophes humanitaires. La situation reste pourtant très pénible. Dans beaucoup de cas, il faut 1 à 3 heures de marche pour atteindre un forage ou un puits qui ne soit pas hors d'usage ! Précisons tout de suite que le creusement d'un puits est coûteux et celui d'un forage bien plus encore, sans compter les accidents qui coûtent des vies. Avec le système de récupération une famille dispose d'environ 10 à 15 litres d'eau par adulte et par jour.

Le défi aujourd'hui est : comment avoir de l'eau pendant la saison sèche, pour les hommes, pour le bétail, pour le maraîchage et les cultures ? Répondre à la question permettrait d'éradiquer les famines de ces régions. Certes, la difficulté de la sécheresse existe depuis toujours, mais elle s'aggrave d'année en année à cause du réchauffement de la planète. Dans la chaleur, mesurant le problème de transport, la pauvreté des gens, mais aussi les dons dont Dieu les a gratifiés, nous avons imaginé en l'absence de toute technologie, avec les villageoises et villageois, une possibilité « FAISABLE » : la récupération de l'eau de pluie. Vous nous direz : mais comment récupérer l'eau de pluie là où il ne pleut pas ? En réalité, il pleut 750 mm d'eau dans l'année, soit presque autant qu'en France. L'évaporation très forte et la concentration des précipitations sur une partie seulement de l'année, rend l'utilisation de l'eau de pluie problématique.

Comme on le voit sur le schéma, le principe est simple : l'eau qui s'écoule sur le toit est récupérée par une gouttière et s'écoule dans une citerne à côté de la maison. Avant d'être stockée, l'eau est filtrée dans un bac de cailloux et de graviers pour éviter le passage d'impuretés. La citerne doit être étroite, profonde et recouverte pour éviter l'évaporation. Le terrassement terminé, une bâche de rétention d'eau thermo-soudée sera posée sur un lit de sable.

On peut aussi utiliser ce concept de récupération pour les cultures des jardins de bas-fonds.

Des drains de surface canaliseront alors les eaux de ruissellement vers une citerne aux dimensions plus vaste que celle construite pour la maison.

Ce système, a un avantage majeur, la proximité.

D'autres avantages ? Ils sont nombreux : il est peu coûteux ; rapide à mettre en œuvre ; les travaux sont réalisables par la plupart des intéressés ; nul besoin que femmes ou enfants aillent chercher chaque jour à des kilomètres l'eau nécessaire ; l'eau du forage pourrait être réservée au boire et au manger.

Par ailleurs, le système a aussi des avantages économiques. Pendant la saison sèche, avec l'eau conservée, les paysans pourront faire du maraîchage (tomates, concombres etc...) Les revenus générés peuvent permettre d'entrer dans un cercle vertueux et, par exemple, financer d'autres citernes pour irriguer plus largement les cultures. Par ailleurs, on peut imaginer un système de château d'eau avec une citerne en hauteur où l'eau serait remontée grâce à l'installation d'une éolienne. Il y aurait ainsi l'eau courante pour chaque cour du village. Bref, un début « faisable » pour une suite à imaginer...

Déjà en Belgique, 4500 familles font face à leur consommation quotidienne en récupérant l'eau de pluie beaucoup plus douce que l'eau de la ville ! Avec une pluviosité de 750 mm par an, proche de celle du Burkina, en région parisienne une maison courante de 4 personnes peut « récolter » environ 200 litres par jour.

L'eau de pluie, une solution d'avenir ? ©EQm







Un aperçu en pdf
©P.Navez
©P.Navez
©P.Navez
 

ASSOCIATION « C'EST FAISABLE »
2 Avenue du général de Gaulle
28 340 LAMBLORE
FRANCE
 

 
 
Accueil Copyright S'abonner Nous contacter